Mélie

Autrice : Marie Lenne-Fouquet

Illustratrice : Pauline Duhamel

Editions Talents hauts, Collection Livres et égaux

Parution : mars 2022

Roman illustré – 48 pages

A partir de 6 ans

Thèmes : harcèlement – école – varicelle

Résumé de l’éditeur : Shaïma et Lilian sont désignés par le maître d’école pour apporter ses devoirs à Mélie, qui a la varicelle. Mélie, c’est pas qu’ils la détestent. Mais elle est un peu étrange et n’a pas beaucoup d’amis dans la classe… Le premier jour, ils se rendent chez elle à reculons. Et puis au fil de la semaine, Mélie s’avère beaucoup plus sympathique qu’ils ne le pensaient. Et si c’était l’occasion d’apprendre à se connaître ?

Marie Lenne-Fouquet est enseignante auprès d’enfants en difficulté et elle est aussi une autrice de livres jeunesse illustrés. Plusieurs de ses ouvrages ont été sélectionnés pour des prix comme Mon ami de la jungle pour le Prix Unicef de Littérature jeunesse 2018, ou Le grand bain (2020), éditions Talents hauts, sélection Prix des Incos 2021-2022. Avant d’écrire Mélie, elle avait déjà collaboré à deux occasions avec l’illustratrice Pauline Duhamel : pour Le grand bain et La bonne culotte, deux romans illustrés qui font partie de la collection « Livres et égaux » des éditions Talents hauts.

A travers ce roman, l’autrice nous rapporte de nombreux problèmes présents dans les cours de récréation : le harcèlement, les rumeurs, l’hypocrisie. Shaïma nous présente Mélie, une jeune fille qui est décrite par ses camarades de classe comme « spéciale ». Ce qu’ils entendent par-là, c’est qu’elle n’a pas d’amis et passe son temps toute seule.

Le jour où elle tombe malade, deux de ses camarades sont contraints de lui apporter ses devoirs tous les soirs. Si Shaïma et Lilian nous font tout de suite ressentir qu’il s’agit d’une corvée pour eux, Mélie ne va pas non plus les accueillir chaleureusement le premier soir.

Cependant, au fil des soirs, nous allons assister à un vrai rapprochement entre ces trois enfants. Avec Shaïma, nous découvrons une tout autre Mélie : une jeune fille rigolote, qui s’ouvre de plus en plus et qui commence à faire confiance à ses nouveaux amis.

Hélas, ce n’était qu’une parenthèse heureuse pour Mélie qui, dès qu’elle apprend qu’elle doit retourner à l’école, se renferme. Shaïma et Lilian vont décider d’agir pour que leur nouvelle amie se sente bien à l’école.

Nous assistons à la révolte des trois amis suivis par d’autres camarades, pendant le temps d’une récréation. Mélie nous prouve alors que même en cas de différends on peut se retrouver unis, à condition de faire preuve d’un peu de maturité. Mélie n’aimait pas l’école, mais maintenant puisque Shaïma et Lilian ont réussi à surpasser leurs préjugés, elle s’y rend joyeusement.

A travers cette histoire, l’autrice nous partage aussi le point de vue des parents des enfants harcelés. La maman de Mélie, que cette situation peinait énormément, semble de plus en plus soulagée au fil des jours, lorsqu’elle observe les enfants se rapprocher.

Les jolies illustrations qui accompagnent le texte nous permettent de vivre en même temps que les personnages ces moments de rapprochement. Nous sommes les premiers témoins d’une belle amitié naissante.

Le harcèlement scolaire est de moins en moins ignoré dans notre société, et ce roman permet aux enfants de comprendre que de simples petites moqueries ou des rumeurs peuvent être sources de vrai mal-être pour la personne concernée.

Ce roman, pourtant assez court, prend le temps de montrer comment surpasser les idées reçues, et comment se faire sa propre opinion plutôt que d’écouter et suivre ce que les gens colportent, quitte à se rendre compte que notre propre façon d’agir n’est pas toujours juste.

Mathilde Badoux.

Laisser un commentaire