Père Montagne

Autrice/illustratrice : Sara Donati

Parution : 15 septembre 2021

Editions du Rouergue

Album – dès 5 ans – 28 pages

Résumé de l’éditeur :

“Un livre pour découvrir la magie de la nature, la beauté de la montagne. Ici se murmure comment s’ouvrir à la nouveauté, à un milieu qui semblait initialement hostile et loin des repères urbains d’une petite fille.

Ce matin, Agathe traîne des pieds. C’est le jour du départ “au camp” à la Montagne. Avant de partir, son père lui donne un petit caillou blanc. Là-bas elle se sent étrangère aux jeux des autres enfants et pousse du pied une pomme de pin, s’éloigne du bivouac, suit un sentier, escalade, se perd avant de se faire cueillir par le vent… Elle dégringole, chute dans la mousse. Une voix lui parle… Entre la montagne et le petit caillou blanc, Agathe va trouver sa place, son “échelle” et prendre tout son temps pour écouter et observer la nature qui l’entoure, faire corps avec l’immense et le minuscule avec de nouveaux sentiments aussi doux que mystérieux.”

Après Parler avec les arbres, Sara Donati nous emmène de nouveau en promenade dans la nature, cette fois-ci avec Agathe.

Cette petite fille est envoyée en camp dans la montagne par son père, avec un petit caillou blanc en cadeau. Très réticente à cette idée, Agathe “se sent comme une île” au début du récit, isolée. Cueillie par le vent, celui-ci va la faire voltiger, tout comme le lecteur entre les pages dont le sens de lecture varie, et lui ouvrir les yeux sur son nouvel environnement.

Sara Donati aborde ainsi dans son œuvre la question de l’acceptation de soi : Agathe apprend au fil du récit à trouver sa place dans cet univers où elle se retrouve projetée sans l’avoir souhaité. Agathe reçoit en partant à la montagne un caillou blanc en cadeau de la part de son père, une agate. Selon certaines croyances, cette pierre blanche aide à l’acceptation de soi et apporte du courage pour affronter des situations difficiles. Nous voyons ici que rien n’est laissé au hasard par Sara Donati.

Cette métamorphose du personnage est particulièrement mise en lumière à travers les illustrations. Agathe est reconnaissable dès le début du récit à son manteau jaune. Celui-ci détonne au début par rapport aux autres élèves qui ont des vêtements de couleurs beaucoup plus foncées et à leur environnement. Au fur et à mesure du cheminement intérieur d’Agathe, les paysages s’éclaircissent et elle s’inscrit beaucoup plus délicatement dans la nature qui l’entoure, comme au sein du groupe d’enfants au coin du feu. Ce travail poussé sur les couleurs témoigne directement de l’évolution du personnage dans le récit.

La délicatesse et la simplicité de cet album sauront séduire les lecteurs de tous âges, et les embarquer dans ce voyage à travers les montagnes.

Juliette Cayrel

Laisser un commentaire